Signature électronique pour donner de la valeur au fax virtuel

La réticence à passer de la télécopie traditionnelle au fax virtuel s’explique en partie par le fait que les utilisateurs ne connaissent pas les conditions juridiques régissant l’utilisation des signatures électroniques pour donner de la valeur à un fax virtuel.

Dans le cadre du système d’envoi d’informations par fax virtuel, un aspect de grande importance est la sécurité. Il est nécessaire que l’information, même si elle n’est que sous forme numérique, soit dûment signée.

La légalité est un aspect important lors de l’envoi d’informations de la part des entreprises. Pour cela, il y a le pied de page, destiné à recevoir la signature électronique.

Une signature électronique et une signature numérique, est-ce la même chose?

À l’origine, la signature numérique est née lorsque est apparue l’idée de capturer la signature manuscrite en image. Une fois passé par quelques arrangements numériques, un fichier .gif ou .jpg de l’image a est créé et celui-ci devient un fichier à l’usage exclusif de son auteur. Toutefois, ce n’était pas un système fiable puisque n’importe quelle astuce informatique pourrait faire glisser cette signature à travers Internet.

Nous souhaitons faire la différence entre signature numérique et électronique parce que les deux sont très différentes. Cette dernière décrit un processus entièrement numérisé et le cryptage de ces données est rigoureux.

La signature électronique est une image générée à partir d’un algorithme informatique. Elle a un concept juridique particulier et sert à sauvegarder les informations. Elle utilise une signature manuscrite estampillée, mais elle est cryptée et stockée par un logiciel qui la compare à une signature existante dans le système biométrique.

Étapes de la création d’une signature électronique

1. Autographer la signature sur un système numérique, que ce soit avec un stylet, une souris ou même directement avec votre doigt.

2. Les données biométriques identifiées dans la forme physique et biologique de la signature sont enregistrées.

3. Les caractéristiques de la signature sont comparées avec le reste des caractéristiques déjà stockées dans le système biométrique et, si possible, elles sont étayées par la lecture de l’empreinte digitale, la reconnaissance faciale ou la voix.

4. La signature passe par un système de cryptage qui génère un mot de passe confidentiel via un processus mathématique. Il est donc impossible que la signature soit utilisé par un tiers car elle est non transférable et son justificatif doit être conservé avec soin.

5. Une fois que le fichier à envoyer a été créé, il est enregistré dans des formats non éditables tels que .zip, .pdf ou .tif. Il est signé électroniquement par l’autorité correspondante et envoyé selon un système de cryptographie symétrique.

Le système de cryptage de la signature sécurise le fax virtuel. Il génère une cryptographie symétrique par accord préalable entre l’expéditeur et le destinataire du message afin qu’il circule sur le réseau sans être décodé par des intrus et arriver à destination en toute discrétion.

Une attention particulière doit être accordée à l’utilisation de la signature électronique, car elle confère une validité et une fiabilité qui valident toutes les informations que contiennent le document.

Le système avancé de la signature électronique ou de la signature biométrique permet d’identifier le signataire et de relier toutes les données fournies à chaque fois qu’il est utilisé. Ainsi, l’on suppose que les données sont fiables et que le document est valide.